Sega Saturn Database and Video Game Store | Auctions - Satakore.com Sega Saturn - Satakore.com Sega Saturn This is Cool - Satakore.com
Sega Saturn - Satakore.com Left Text Home :: Contact Us :: SGB Forums (Fr) :: Sega Saturn - Satakore.com Right Text
1px1px1px
▶ SEGA SATURN DATABASES
★ SEGA SATURN GAMES
★ SEGA SATURN DEMOS
★ SEGA SATURN CONSOLES
★ SPECIAL SEARCH
▶ GAME BASIC DATABASE
▶ DEZAEMON 2 DATABASE
▶ SEGA SATURN DISCOVERY CHANNEL
 
▶ SEGA SATURN STORE
★ SEGA SATURN STORE GAMES
★ SEGA SATURN STORE DEMOS
★ VIDEO GAME STORE
Sega, Nintendo, SNK, NEC, Atari, Bandai, Sony, Microsoft, Etc.
FAQ and Tips
FAQ et Astuces
▶ HOTTEST AUCTIONS
★ SEGA SATURN AUCTIONS
★ SEGA DREAMCAST AUCTIONS
▶ SISTER CHANNELS
★ TOY STORE
Lego®, Playmobil®, K'Nex, Tobot, Hot Wheels, Micro Machines, Etc.
★ SEXY LINGERIE STORE
★ EBAY COUPONS AND DEALS
 
FRENCH REVIEWS
FRENCH GUIDES
FLYERS
COVERS
WALLPAPERS
VIDEOS
 

Sega Saturn Game - Brain Dead 13 (United States of America) [T-12103H]

 
STAFF
COLLECTIONS
WANT TO HELP US ?
CONTRIBUTORS
 

Guardiana
Segakore
Segasaturno
Shmup
Sega-saturn.net
Sega Saturn UK
SEGA-Mag
Megaoldies
SEGA-Legacy
More...

Our banner:

Satakore.com - The Ultimate Sega Saturn source


DFJ
2% off at DFJ with the word: "Satakore"
(Only for french
people/countries)

 
 

REVIEW   

Princess Quest Review for Sega Saturn

Test écrit par Murazame 



Pur produit SEGA Saturn, tiré d'aucune oeuvre ni autre média que ce soit, pas grand-chose à signaler à propos de Princess Quest donc, sauf peut-être le superbe chara design de Sugiyama Gensho, un illustrateur semble-t-il assez connu, pour ceux que ça intéresse.


Enquête sur les princesses.

Dilma est une monarchie théocratique située au centre du continent Audlès. Encerclée par les royaumes de Ralian, Northland, Sordalès, Lohlès et Gimuria, ils forment ensemble une fédération dont elle est le leader depuis qu'elle mit un terme à la grande guerre. L'heure de la succession étant venue mais l'élue n'ayant pas encore été nommée, une autre bataille fait donc rage pour gagner le coeur du jeune Tapioca (qui cache un terrible secret...), entre les candidates, soient les 5 princesses des royaumes sus-citées, toutes physiquement fort bien gâtées par la nature, invitées à séjourner au château pour l'occasion.
Les temps étant paisibles, quel ne fut le choc de toute la communauté lorsqu'on découvrit que quelqu'un s'était introduit une belle nuit d'été (ou d'hiver, on ne sait pas en fait...) dans la chambre du prince, pour y dérober le bijou indispensable à la cérémonie de la succession à la Couronne. La reine Madeleine fit donc apppel à son mari Browny, autrefois chevalier mais qui fut banni pour une sombre affaire, juste avant l'ascension au trône qui lui était promise. Malade, il ne put cependant satisfaire la requête et envoya à sa place son élève, Willow.

Chargé donc de l'enquête, plutôt beau garçon, les princesses, qui sont venues chacune accompagnées de leur serviteuse attitrée, vont naturellement être dans sa ligne de mire, même si on sait bien qu'elles sont toutes innocentes quand on a vu l'anime d'introduction (sic!): Custard et Peppy, Millefeuille et Chiffon, Gelato et Mint, Chelos et Gâteau (le seul serviteur masculin du lot) et enfin Pannacotta et Soufflé.
Gourmandise ou luxure, la tâche va s'avérer rude pour le héros de ne pas succomber à la tentation. Pour l'aider et lui faciliter l'approche de ces dames, Willow se voit offrir un présent spécial des mains de la reine: un petit animal ancestral possédant l'étrange pouvoir de transformer son nouveau maître... en fille!
D'une simple invocation, Willow devient donc Will, qui se présentera officiellement comme étant la petite soeur de Willow.


L'heure n'est pas aux gâteaux.

Usant ainsi de ce concept de dualité, on flâne dans les couloirs du château et les rues de la ville aux commandes de Willow/Will à la récolte d'information. Membre de la grande famille de Shining and the Darkness, on finira éventuellement les 7 chapitres morcelant l'histoire de Princess Quest toujours plus profond dans les galleries souterraines (en 3D) du donjon, situé sous le palais royal.
À peine plus joli qu'un jeu Megadrive moyen qui aurait gagné en couleurs, la composante aventure à la Sakura Taisen n'est ici au final qu'un trompe-l'oeil masquant en réalité un jeu ultra scripté, au déroulement linéaire et immuable, avec des évènements à vivre dans un ordre précis pour avancer. Seuls quelques faits divers secondaires cachés, anodins mais souvent coquins, viendront plus ou moins justifier ce sentiment d'intéraction, que l'on devine rapidement être de surface uniquement. C'est un peu dommage certes, mais bon le vrai problème est ailleurs.
Ça se gâteau niveau du gameplay. Le sprite de Willow/Will, en plus d'être petit, est lent, raide et déclenche automatiquement une action au contact d'une porte ou d'un NPC (non playable character). Un défaut mineur si des loadings trop longs et une ergonomie pensée avec les pieds ne venaient pas en rajouter une couche bien épaisse.

Pensez donc! n'importe quel joueur normalement constitué aura en effet, et par expérience avant tout, le réflexe d'appuyer sur le bouton “A” afin d'intéragir avec l'environnement.
“Hé bien! pas du tout!”, car c'est l'écran de statut qui s'affiche ici, avec cette lenteur caractéristique de tout le jeu. Une farce à laquelle seule une minorité saura s'en accomoder...
“Hé bien! c'est vraiment trop injuste vis-à-vis de la majorité!” ont du se convaincre eux-même les développeurs, justiciers jusqu'au-boutistes.
Et du coup, par souci d'équité de faire morfler tout le monde, ils ont eu l'idée lumineuse de pourrir celle de base, plutôt amusante (mais de grâce, à ne pas prendre au sérieux irl, s'il vous plaît!) qu'est celle du changement de sexe à volonté.

Ainsi donc, on alterne entre Willow le mec et Will la nana selon les circonstances, ce qui aurait pu être rigolo en théorie mais qui est finalement rebutant dans la pratique, puisque la transformation ne peut s'opérer que dans notre chambre!
La princesse soûle et légèrement dévêtue là, au bar, ne fera part de ses états d'âme qu'à Will? Telle occurence ne se déclenchera qu'en intervenant avec Willow? OK!
Mais pourquoi diantre être obligé de retourner sys-té-ma-ti-qu'-ment au deuxième étage du château chaque fois qu'on n'est pas du bon sexe?! En étant de bonne foi (genre, vraiment très bonne, hein!), on aurait pu y voir une simple formalité, un peu lourdingue certes, si seulement la “jouablité” avait été synonyme de souplesse plutôt que d'impliquer comme épreuves psychologiques éreintantes: un pas lourdaud, des changements d'écrans longuets et sûrement 1 ou 2 anicroches irritantes avec le décor avant de parvenir au pied de la porte de notre suite cossue... pour ensuite se retaper le chemin à l'envers!


Fantaisie “éroïque” sans scène véritablement “H”.

Les déplacements dans le donjon se font via une vue à la première personne. Texture monochrome ou presque, gros pixel“minecraftien”, on subit ici aussi cette latence pénible dans le maniement, en plus de divers textes explicatifs sur l'environnement qui reviennent à chaque passage, quand bien même l'intrigue de l'étage concerné a été résolue. Une phase de jeu médiocre en somme, que ne rehausse pas la dualité/complémentarité de Willow le guerrier, et Will la magicienne, pas bien convaincante (la seule chose de notable étant la présence de créatures résistantes à la magie et d'autres aux coups physiques).
On aura définitivement plutôt tendance à tracer tout droit (encore faut-il savoir où aller!) malgré quelques trésors (dont l'arme ultime tout de même) et des mini events de chute dans une fosse (...) pour chacune des princesses; autrement dit, un subterfuge bien japonais pour légitimer un supplément de hot shots (plutôt tiédasses pour le coup).
De plus les combats ne rapportent pas d'XP, seulement des espèces sonnantes et trébuchantes. Hormis un équipement différent pour Will et Willow (arme, armure et accessoire), l'unique possibilité pour “eux 2” de fortifier leurs aptitudes est l'utilisation d'items. Sans réclamer pour autant un intense gold farming, il ne faudra donc pas négliger son pécule car, n'omettons pas ce détail, on ne peut pas restaurer ses points perdus ou consommés de HP et MP à l'auberge du vieux (pervers soit-dit en passant), pour la simple et bonne raison qu'on ne peut pas y héberger.

Ni là, ni même dans notre lit d'ailleurs. Tout un concept quoi...


Astreignant. Voilà un terme qui sied parfaitement à Princess Quest. Mais tentons pour une fois, si vous le permettez, de positiver 2 secondes: se pourrait-il que ces lourdeurs et défauts fassent partie intégrante du plan initial? Le jeu étant peu avare en illustrations, toutes superbes, et en DA eux aussi d'une qualité très honorable, en plein écran, on peut émettre l'hypothèse que les facétieux développeurs ont fait en sorte que seuls les plus méritants puissent en profiter!? “Improbable!” entends-je grommeler?
Ma foi, restons sérieux en effet, Princess Quest étant le premier à cumuler les mots “lourdeur”, “lourdaud” et “lourdingue” dans sa review, ce ne serait au mieux et sans vouloir jouer sur les mots, qu'un argument bien léger en sa faveur.
L'univers est chouette certes, les filles sont toutes des beautés alliant chacune merveilleusement la niaiserie, l'érotisme ingénu typiquement nippon et les grosses poitrines, c'est vrai, mais ç'est insuffisant pour faire contrepoids avec les défauts exprimés ci-avant d'un soft au demeurant sympa, qui est malheureusement une véritable plaie à jouer.
Pour ceux qui n'auraient pas perdu leur enthousiasme malgré tout, sachez qu'il existe autant de fins qu'il y a de filles...


TECHNICAL :
Satakore Review Rating - 5 / 10
GAMEPLAY :
Satakore Review Rating - 3 / 10
GRAPHICS :
Satakore Review Rating - 7 / 10
SOUND :
Satakore Review Rating - 6 / 10
STORY :
Satakore Review Rating - 7 / 10

 


GAMES :  

Page viewed
2356 times
(since Jul 01, 2011)

Sega Saturn - QR Code - Click to Zoom In

Sega Saturn RSS Feed RSS Feed
Sega Saturn RSS Feed One Game A Day
Computer & Videogames Auctions 160x600


Server Reply Time: 0.3509 seconds
Script Generation Time: 0.0096 seconds


© Copyright 2002 - 2019 Satakore.com - All Rights Reserved

Contact Us | Privacy Policy | Terms & Conditions