Sega Saturn Database and Video Game Store | Auctions - Satakore.com Sega Saturn - Satakore.com Sega Saturn This is Cool - Satakore.com
Sega Saturn - Satakore.com Left Text Home :: Contact Us :: SGB Forums (Fr) :: Sega Saturn - Satakore.com Right Text
1px1px1px
▶ SEGA SATURN DATABASES
★ SEGA SATURN GAMES
★ SEGA SATURN DEMOS
★ SEGA SATURN CONSOLES
★ SPECIAL SEARCH
▶ GAME BASIC DATABASE
▶ DEZAEMON 2 DATABASE
▶ SEGA SATURN DISCOVERY CHANNEL
 
▶ SEGA SATURN STORE
★ SEGA SATURN STORE GAMES
★ SEGA SATURN STORE DEMOS
★ VIDEO GAME STORE
Sega, Nintendo, SNK, NEC, Atari, Bandai, Sony, Microsoft, Etc.
FAQ and Tips
FAQ et Astuces
▶ HOTTEST AUCTIONS
★ SEGA SATURN AUCTIONS
★ SEGA DREAMCAST AUCTIONS
▶ SISTER CHANNELS
★ TOY STORE
Lego®, Playmobil®, K'Nex, Tobot, Hot Wheels, Micro Machines, Etc.
★ SEXY LINGERIE STORE
★ EBAY COUPONS AND DEALS
 
FRENCH REVIEWS
FRENCH GUIDES
FLYERS
COVERS
WALLPAPERS
VIDEOS
 

Sega Saturn Game - AMOK (Europe) [MK81064-50]

 
STAFF
COLLECTIONS
WANT TO HELP US ?
CONTRIBUTORS
 

Guardiana
Segakore
Segasaturno
Shmup
Sega-saturn.net
Sega Saturn UK
SEGA-Mag
Megaoldies
SEGA-Legacy
More...

Our banner:

Satakore.com - The Ultimate Sega Saturn source


DFJ
2% off at DFJ with the word: "Satakore"
(Only for french
people/countries)

 
 

REVIEW   

Nonomura Byouin no Hitobito Review for Sega Saturn

Test écrit par Murazame 



Si le PC nippon a toujours été l'eldorado incontestable du jeu érotique, Elf, le papa des Dragon Knight et autres Dôkyûsei, en est l'un des maîtres incontestés du genre.
Comme la tradition l'exige donc, Nonomura Byôin no Hitobito est à l'origine sorti sur PC, en 1994 précisément, avant de venir en renfort pour déniaiser la Saturn ; pile (à) poil l'année même où les jeux de charmes commençaient à poser un cruel dilenme à SEGA quant à l'image qu'il voulait donner de sa console (voir le dossier/enquête en 1996 dans le n゜13 de Sega Fan).
Malheureusement pour lui, cette catégorie de jeux, délicieusement particulière ou particulièrement délectable, ne cessera d'être foisonnant et l'accompagnera jusqu'à son dernier souffle...


L'hôpital qui se fout de la chasteté

D'une certaine façon, Nonomura Byôin no Hitobito doit son existence au succès critique de Kawarazaki no Ichizoku, hit PC de 1993 dont il est, officieusement tout du moins, une suite spirituelle ayant bénéficié d'un scénario plus poussé, seul carence pointée du doigt à propos du premier.
Le joueur y incarne Kaibara Takumaro, un détective privé à la réputation désastreuse, faisant souvent la une des journaux à scandale, fauché mais néanmoins narcissique et très imbu de lui-même. Ne payant plus le loyer de son bureau depuis un bail, il se retrouve à l'hosto suite à un accrochage avec une jolie blonde qu'il culbuta alors qu'il tentait d'échapper, pour la énième fois, au propriétaire venu réclamer son dû. Une jambe dans le plâtre et dorénavant sans toit, sa curiosité naturelle et son flair inné le mettent sur la piste d'une affaire non résolue et fort étrange.
Quinquagénaire lorsqu'il passa de vie à trépas, diverses rumeurs et de zones d'ombre entourent non seulement le décès de feu le directeur Nonomura Sakuji, mort sur son lieu de travail dans ce qui semble de prime abord un accident, mais également tout l'hôpital maintenant dans les mains de Nonomura Akiko. Âgée de 28 ans seulement, la veuve femme est depuis lors toujours suivie d'un affreux majordome, Fujiki Eisaku.
Dans une ambiance de polar noir, Takumaro mène l'enquête, entouré de jolies infirmières à forte poitrine qui sont aux petits soins pour lui, mais qui semblent toutes lui cacher un terrible secret.

Ni mosaïque, ni bande noire...

... mais pas de sexe crûment illustré non plus, Nonomura Byôin no Hitobito reste pourtant un met du meilleur choix sur Saturn, aussi bien pour son intrigue habilement ficelée que pour le degré de lascivité parfois étalée. Chassé du dispensaire la tête remplie de questions demeurant sans réponse, assassiné ou “emmuré” vivant, la bonne tenue des dialogues et nos actions détermineront ainsi la conclusion mais, qu'ils soient sadiques ou funestes, c'est aussi par le biais de nos échecs que l'on apprendra d'autant plus facilement de nos erreurs que les protagonistes du jeu viendront, à chacune de nos déconvenues, nous faire cadeau d'un indice plus ou moins tacite sur ce que nous n'aurions pas du faire, ou sur ce que nous avons mal négocié.
Étant donné qu'il est possible d'expédier les textes par gros paquet via les boutons Y ou Z, il vous sera difficile de lâcher l'affaire avant de l'avoir résolue ou peut-être même d'avoir tout visionné des onze épilogues. Le seul défaut est les slots de sauvegarde non titrés qui rendent nécessaires un bout de papier et un crayon pour s'y retrouver.

Bien que Nonomura Byôin no Hitobito accuse un peu son âge, il garde de jolies courbes très 90's, à mille lieues des designs lisses, froids et sans personnalité d'une grande majorité des jeux du genre du siècle en cours. Délimité par une fenêtre, le jeu perd légèrement en finesse (notamment le contour des personnages superposés sur le décor, contrairement aux écrans “spéciaux”, beaucoup plus beaux), ce qu'il gagne en vie, comme les clignements des yeux aguicheurs de la jolie rousse que vous êtiez en train de soupçonner, ou ce barman au fond astiquant ses verres pendant que vous discutiez avec l'infirmière bonnet D. Le fond musical de supérette est discret mais reflète bien l'étrange malaise émanant de la sinistre bâtisse de l'écran titre. Par contre, si le jeu d'acteur est convaincant, les voix ne sont pas toujours très audibles.

Les coups de scalpels effectués lors de sa conversion n'altère en rien l'intérêt de Nonomura Byôin no Hitobito. Pour leur culture, les grands curieux seraient d'ailleurs bien avisés de se lancer au préalable dans Kawarazaki no Ichizoku, alors que les petits coquins qui ne sauraient se contenter de cette version console adoucie, pourront toujours tenter de se rabattre sur l'original. Cependant, l'inévitable censure mise à part, le jeu de Elf restera malgré tout, aux yeux du fan de SEGA, coupable d'une blague de mauvais goût consistant à faire la publicité, au dos de la notice du jeu, du remake alors tant désiré de Dragon Knight IV sur Saturn... qui ne vit finalement jamais le jour !


VERY GOOD : 8/10 -> 88%


(TECHNICAL) :
Satakore Review Rating - 3 / 10
(GAMEPLAY) :
Satakore Review Rating - 0 / 10
GRAPHICS :
Satakore Review Rating - 8 / 10
SOUND :
Satakore Review Rating - 7 / 10
STORY :
Satakore Review Rating - 9 / 10

 


GAMES :  

Page viewed
2979 times
(since Jul 01, 2011)

Sega Saturn - QR Code - Click to Zoom In

Sega Saturn RSS Feed RSS Feed
Sega Saturn RSS Feed One Game A Day
Nintendo Auctions 160x600


Server Reply Time: 0.0141 seconds
Script Generation Time: 0.0199 seconds


© Copyright 2002 - 2018 Satakore.com - All Rights Reserved

Contact Us | Privacy Policy | Terms & Conditions